• Accueil
  • > JUSTIFICATION PAR LA FOI JOHN WESLEY

Archive de la catégorie ‘JUSTIFICATION PAR LA FOI JOHN WESLEY’

La justification par la foi

Lundi 12 janvier 2009

avatar2111.gif

La justification par la foi

 

“et à celui qui ne fait point d’oeuvre , mais qui croit   en celui qui justifie l’impie, sa foi lui est imputée à justice . ” Romains 4:5

1. Comment le pécheur peut-il être justifié devant Dieu, le Seigneur et le Juge ? Cette question est d’une suprême importance pour tous les hommes sans exception. Cette question touche à la raison d’être de notre espérance, puisqu’il ne peut y avoir pour nous ni paix véritable, ni joie solide, ici-bas ou dans l’éternité, aussi longtemps que nous sommes en état de révolte contre Dieu. Quelle peut être notre paix, si notre coeur nous condamne; si surtout Dieu nous condamne, Lui qui «est plus grand que notre coeur et connaît toutes choses» ? Quelle joie peut régner en nous, si «la colère de Dieu demeure sur nous» ?

2. Combien, cependant, cette question vitale a été mal comprise ! Que de notions confuses à cet égard ! Non seulement ces notions sont confuses, mais absolument fausses ; aussi contraires à la vérité, que les ténèbres à la lumière ; en opposition manifeste avec les révélations divines. Le fondement même de ces conceptions est sans solidité ; aussi quel peut être l’édifice ! Les hommes n’ont pas employé «l’or, l’argent ou les pierres précieuses», mais ils se sont servis, pour bâtir, de «foin et de chaume». Leur travail a déplu à Dieu et n’a point été utile à l’humanité.

3. Je vais m’efforcer de faire justice, autant qu’il dépend de moi, à cette question essentielle ; je chercherai à préserver ceux qui veulent la vérité avec sincérité, de «toute vaine dispute de mots», comme aussi à dissiper les obscurités de leur pensée, en leur donnant une conception juste et vraie de ce grand mystère d’amour. — Je me propose, pour cela de montrer:

I. Quelle est la base de toute la doctrine de la justification?

II. Ce qu’est la justification?

III. Qui sont les justifiés?

IV. Et, enfin, à quelles conditions ils sont justifiés?

Chapitre 1

Tout d’abord, quelle est la base de toute la doctrine de la Justification ?

1.  L’homme a été fait à l’image de Dieu ; saint comme Dieu est saint; compatissant comme Dieu est compatissant: parfait comme son Père dans les cieux est parfait. Dieu est amour ; de même l’homme, demeurant dans l’amour, demeurait en Dieu et Dieu en lui. Dieu fit de lui «une image de sa propre éternité», une représentation de sa gloire. Il était pur, comme Dieu est pur, sans aucun péché. Il ne connaissait point le mal, mais il était irrépréhensible dans ses pensées comme dans ses actes. Il «aimait le Seigneur, son Dieu, de tout son coeur, de toute son âme, de toute sa force, de toute sa pensée».

2. Dieu donne à l’homme parfait une loi parfaite, que l’homme devait accomplir parfaitement. Il exigea une obéissance loyale à la loi tout entière, une obéissance de tous les instants; sans aucune exception ni intermittence. Aucune indulgence pour la moindre faute. Au reste, rien n’obligeait l’homme à commettre de faute, puisqu’il était capable d’accomplir la tâche qui lui avait été confiée ,et qu’il avait reçu de Dieu toutes les énergies nécessaires pour vivre la vie bonne dans ses paroles et dans ses oeuvres.

3. A la loi d’amour qui était gravée dans son coeur (et qu’il ne pouvait pas, sans doute, violer ouvertement), Dieu jugea nécessaire, dans sa sagesse souveraine, d’ajouter un commandement précis

«Tu ne mangeras pas du fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin.» Et Il ajouta à cet ordre cette menace : «Au jour où tu en mangeras, tu mourras.»

4. Tel était l’homme dans le Paradis. Dieu, dans son amour, l’avait fait heureux et saint. Il connaissait Dieu et se réjouissait en Dieu. Il possédait ainsi la vie, la vie éternelle.

Il était destiné à vivre toujours cette vie d’amour. Mais il devait, pour cela, obéir à Dieu en toutes choses. Du jour où il désobéirait, il entrerait dans la mort.

5. L’homme désobéit à Dieu. Il «mangea du fruit de l’arbre dont Dieu lui avait parlé en disant : tu n’en mangeras pas». Ce jour-là, il fut condamné par le Dieu juste. Le châtiment dont il était menacé le frappa. Dès qu’il eut mangé le fruit, il mourut. Son âme mourut, fut séparée de Dieu, séparée de Celui qui est aussi indispensable à la vie de l’âme que l’âme à la vie du corps. Son corps devint mortel. Mort spirituellement, mort dans son péché, il sentit venir sur lui la mort éternelle.

6. Ainsi «par un seul homme le péché est entré dans le monde et, par le péché, la mort. Et la mort s’est étendue sur tous les hommes», comme un prolongement de la mort d’Adam, le père et le représentant de toute la race humaine.

Romains 5:18 :
La justification par la foi  dans JUSTIFICATION PAR LA FOI JOHN WESLEY SAinsi donc , comme par une seule offense la condamnation a atteint tous les hommes, de même par un seul acte de justice la justification qui donne la vie s’étend à tous les hommes.

7. Nous étions tous dans cette situation lamentable quand «Dieu aima tellement le monde qu’Il donna son Fils unique». Au temps fixé, Il devint homme, Chef et Représentant de l’Humanité tout entière. Il s’est chargé de nos péchés. «Il a été frappé pour nos transgressions, brisé par nos iniquités.» «Il a livré son âme en oblation pour le péché.» Il a versé son sang pour les coupables ; «Il a porté nos péchés en son corps sur le bois» et «par ses meurtrissures nous avons la guérison». — Par son sacrifice, le sacrifice de lui-même, offert une fois pour toutes, Il nous a rachetés, tous, ayant ainsi expié les péchés du monde.

8. Parce que le Fils de Dieu a souffert la mort pour tous, le Seigneur nous a réconciliés avec Lui-même. «Comme par la désobéissance d’un seul homme, tous ont été condamnés, ainsi, par l’obéissance d’un seul, la justification qui donne la vie s’étend à tous les hommes.» A cause des souffrances de son Fils Bien-aimé, de ce qu’Il a fait et enduré pour nous, Dieu s’engage (à une condition, une seule, qu’Il a Lui-même fixée) à nous pardonner nos offenses, à nous réintégrer en sa faveur, et à rendre la vie, la vie éternelle à nos âmes mortes.

9. Telle est la base essentielle de la doctrine de la justification. Par la faute du premier Adam, qui était notre père mais aussi notre représentant à tous, nous nous sommes privés de la faveur de Dieu; nous sommes devenus enfants de la colère. Mais, d’autre part, par le sacrifice accompli par le second Adam, notre représentant, Dieu nous a donné une alliance nouvelle. Il n’y a plus de condamnation pour nous; nous avons été justifiés par grâce, par la rédemption qui est en Jésus-Christ. 

Chapitre 2
                

1. Que signifient ces termes: «Etre justifié, justification?» C’est ce que je me propose, maintenant d’expliquer. D’après ce que nous venons de dire, ces termes n’expriment pas le fait de la victoire sur le péché, de la vie de justice. Ceci est proprement la sanctification. Sans doute, la sanctification est le fruit de la justification, mais elle est cependant, un don spécial de Dieu et d’une nature différente du premier. La justification représente l’oeuvre accomplie par Dieu pour nous en Son Fils ; la sanctification est l’oeuvre accomplie en nous par Son Esprit. Sans doute, il est possible de trouver quelques cas où le mot de justification comprend celui de sanctification ; mais, en général, ces deux expressions sont distinctes l’une de l’autre, dans les épîtres de St Paul et des autres écrivains sacrés.

2. Ne disons pas non plus que la justification nous délivre de l’accusation qui pèse sur nous, surtout celle de Satan. Aucun texte ne nous permet de croire que Dieu se préoccupe de cette accusation ni de celui qui la porte contre nous. Sans doute, Satan est l’ «accusateur», mais la justification n’a rien à faire avec cette accusation.

3. Ne disons pas non plus que la justification nous délivre de l’accusation portée contre nous par la loi. Cette manière malencontreuse de s’exprimer ne peut s’expliquer que si on la traduit ainsi : Dieu épargne à ceux qui sont justifiés la punition que pourtant ils méritent.

4. Surtout ne présentons pas Dieu comme trompé en quelque sorte par ceux qu’Il justifie. Ne disons pas qu’Il s’imagine les justifiés différents de ce qu’ils sont. Dieu ne nous juge pas contrairement à l’évidence; Il ne nous considère pas comme meilleurs que nous ne sommes et ne voit pas en nous des justes alors que nous sommes des injustes. Son jugement est toujours conforme à la vérité. Il ne peut pas s’imaginer que je suis innocent ou juste et saint, parce qu’un autre l’est. Il ne peut pas plus, à ce point de vue, me confondre avec Christ qu’avec David ou Abraham. Que chacun étudie cette question avec impartialité; il se rendra compte certainement qu’une pareille notion de la justification n’est en harmonie ni avec la raison ni avec l’Ecriture.

5. La justification est essentiellement, d’après la Bible, le pardon des péchés. La justification est l’acte par lequel Dieu le Père, à cause de la propitiation accomplie par le sang de son Fils, manifeste sa justice en accordant la rémission des péchés passés. Telle est bien la définition que St Paul en donne, en particulier dans l’épître aux Romains. «heureux, dit-il, sont ceux dont les iniquités sont pardonnées, dont le péché est couvert ; heureux est l’homme à qui le Seigneur n’impute point son péché.» Dieu ne condamnera point celui qui est justifié, pardonné ; Il ne le condamnera ni ici-bas, ni dans le siècle à venir. Ses péchés, tous ses péchés passés, péchés de pensée, de paroles ou d’actions, sont effacés ; ils ne lui seront plus reprochés.

Dieu ne veut pas que le pécheur justifié souffre ce qu’il mériterait de souffrir, car le Fils de Dieu, le Fils de son amour, a souffert pour ce pécheur. Dès le moment où nous «sommes reçus en son Bien-aimé», où nous «sommes réconciliés avec Dieu par son sang ; Dieu nous aime, nous bénit, comme si nous n’avions jamais péché.

Sans doute, l’Apôtre semble, en un passage de ses épîtres, donner une signification plus large au mot de justification, lorsqu’il dit : «Ce ne sont pas ceux qui écoutent la loi, mais ceux qui la pratiquent, qui seront justifiés.» Mais ici St Paul fait allusion à notre justification lors du Jugement. C’est aussi ce que fait notre Seigneur lorsqu’Il s’écrie : «Tu seras justifié par tes paroles», montrant ainsi que «pour toute vaine parole que les hommes prononceront, ils devront rendre compte au jour du jugement». Mais il serait difficile de citer un autre passage de l’apôtre qui donne au mot «justifié» cette signification. D’une manière générale, il ne lui donne pas ce sens ; il ne le lui donne certainement pas dans le verset que nous avons pris pour texte. Ce verset se rapporte, non point à ceux qui «ont achevé leur course», mais à ceux qui sont au début de leur course, qui entreprennent de parcourir la carrière qui est devant eux.

Chapitre 3

1. Une troisième question se pose devant nous «Qui sont les justifiés ?» L’apôtre nous le dit : Ce sont les impies. «Dieu justifie l’impie», l’impie quel qu’il soit, quel que soit le degré de son impiété. Il ne justifie que l’impie. De même que les justes n’ont pas besoin de repentance, de même ils n’ont pas besoin de pardon. Il n’y a que le pécheur qui puisse admettre le besoin d’être pardonné. Le pardon est en relation directe avec le péché. C’est à l’égard des injustes que le Dieu compatissant veut déployer sa grâce ; c’est notre iniquité dont Il ne veut plus se souvenir.

2. Cette conception est tout-à-fait opposée à celle qui considère la sanctification comme condition de la justification, qui présente l’obéissance à la loi de Dieu comme nécessaire pour le Pardon ; à moins cependant qu’ils ne pensent à la justification au jour du jugement, ce qui est une toute autre question. Non seulement il est impossible d’être saint en dehors de l’amour pour Lui et de la foi en son Amour, mais il est absurde, illogique de faire précéder ainsi la justification de la sanctification. Dieu n’aurait pas à justifier des saints ,mais ce sont des pécheurs, des rebelles, qui ont besoin de sa miséricorde. Il ne peut exiger la sainteté de ceux qui sont impurs. Comment admettre que l’Agneau de Dieu ne puisse ôter que les péchés qui ont déjà été ôtés .

3. Le Bon Berger cherche-t-il les brebis qui sont déjà au bercail ? Non certes ; Il cherche celles qui sont perdues. Il sauve ceux qui ne Lui appartiennent pas encore ; ceux en qui ne réside aucun bien, mais qui sont esclaves de l’orgueil, de la colère, de l’amour du monde.

4. Ce sont les malades qui ont besoin de médecin. Ceux qui sont condamnés, non seulement par
Dieu mais par leur conscience, ceux qui ont le vif sentiment de leur corruption profonde et de leur incapacité à faire ou penser le bien, ceux-là, crient à Dieu pour obtenir la délivrance. Ils reconnaissent que leur coeur est mauvais, profondément mauvais. Ils savent que le «mauvais arbre ne peut porter de bon fruit».

5. On dira peut-être : «L’homme, même avant d’être justifié, peut nourrir l’affamé, vêtir le pauvre, faire des oeuvres bonnes.» – Il est facile de répondre à cette objection : Ces oeuvres sont bonnes en ce sens qu’elles sont utiles aux hommes. Mais il ne s’ensuit pas qu’elles soient vraiment bonnes aux yeux de Dieu, bonnes en elles-mêmes. Toute oeuvre bonne vient après la justification. Les oeuvres ne sont vraiment bonnes que dans la mesure où elles procèdent d’une foi vivante. Les oeuvres qui précèdent la justification ne sont pas bonnes dans le sens chrétien de ce mot, parce qu’elles ne procèdent pas de la foi en Jésus-Christ, parce qu’elles ne sont pas vraiment conformes à la volonté de Dieu. «Au contraire, n’étant pas faites comme Dieu veut et commande qu’elles le soient, nous ne doutons point, quelque étrange que ceci paraisse à quelques-uns, qu’elles n’aient la nature du péché.»

6. Peut-être ceux qui doutent de cette déclaration n’ont-ils pas dûment pesé la preuve solide présentée ici pour établir qu’aucune oeuvre faite avant la justification ne peut être réellement bonne. Voici l’argument en forme :

Aucune oeuvre n’est bonne, lorsqu’elle n’est point faite comme Dieu veut et commande qu’elle le soit ;
Or, aucune oeuvre faite avant la justification n’est faite comme Dieu veut et commande qu’elle le soit. Donc aucune oeuvre faite avant la justification n’est une bonne oeuvre.

La première proposition est évidente par elle-même. Et quant à la seconde, «aucune oeuvre faite avant la justification n’est faite comme Dieu veut et commande qu’elle le soit», elle paraîtra également simple et irrécusable, si seulement nous considérons que Dieu a voulu et commandé que toutes nos oeuvres fussent faites par amour ; par cet amour pour Dieu qui produit l’amour pour toute l’humanité. Or, aucune de nos oeuvres ne peut être faite par cet amour, tant que l’amour du Père (de Dieu comme notre Père), n’est pas en nous. Et cet amour ne peut exister en nous jusqu’à ce que nous recevions l’Esprit d’adoption, lequel crie dans nos coeurs : Abba, c’est-à-dire Père. C’est pourquoi si Dieu ne justifie pas le pécheur, et celui qui ne fait pas les oeuvres, Christ est mort en vain; et, malgré Sa mort, nul homme vivant ne peut être justifié.

Chapitre 4

Mais à quelle condition est justifié celui qui est complètement pécheur, et qui jusqu’à ce moment n’a pas fait les oeuvres ? A une seule : LA FOI. Il «croit en celui qui justifie le pécheur;» et celui qui croit en lui n’est point condamné, mais il est passé de la mort à la vie. «Car la justice (la miséricorde) de Dieu est par la foi en Jésus Christ, en tous ceux et sur tous ceux qui croient,» Dieu L’ayant «destiné pour être une victime propitiatoire par la foi en son sang;… afin qu’il soit trouvé juste, et que (conformément à sa justice) il justifie celui qui a la foi en Jésus… Nous concluons donc que l’homme est justifié par la foi, sans les oeuvres de la loi ;» sans obéissance antérieure à la loi morale, qu’il n’avait pu accomplir jusqu’à cette heure. Qu’il soit question ici de la loi morale et de cette loi seule, c’est ce qui paraît évident par les paroles qui suivent : «Anéantissons-nous donc la loi par la foi ? Dieu nous en garde ! Au contraire, nous établissons la loi». Quelle loi établissons-nous par la foi? la loi des observances, la loi cérémonielle de Moïse ? Nullement; mais la grande et immuable loi de l’amour saint de Dieu et de notre prochain.

2. — La foi, dans un sens général, est une évidence ou conviction divine, surnaturelle, des choses qu’on ne voit point et qui ne tombent pas sous les sens, parce qu’elles sont ou passées, ou futures, ou spirituelles. La foi justifiante n’implique pas seulement l’évidence ou la conviction divine «que Dieu était en Christ réconciliant le monde avec soi», mais aussi la pleine confiance que Christ est mort pour mes péchés, qu’il m’a aimé et s’est donné lui-même pour moi. Et quel que soit le moment où un pécheur croit ainsi, dans sa tendre enfance, dans la force de l’âge ou lorsqu’il est vieux et couvert de cheveux blancs, Dieu le justifie, lui, méchant ; Dieu, à cause de son Fils, lui pardonne et l’absout, lui, qui, jusque-là, n’avait rien de bon en lui. Dieu lui avait donné auparavant, il est vrai, la repentance, mais qu’était-ce autre chose qu’un profond sentiment de l’absence de tout bien et de la présence de tout mal dans son coeur? Et quel que soit le bien qu’il y ait en lui ou qu’il fasse depuis l’instant où il a cru en Dieu par Christ, la foi ne l’a pas trouvé dans Son coeur, mais l’y a apporté ; c’est le fruit de la foi. L’arbre est fait bon d’abord, les fruits deviennent bons ensuite.

3. — Je ne puis mieux décrire la nature de la foi que dans ces paroles de l’Eglise anglicane : «Le seul instrument de salut» (dont la justification est une partie), «c’est la foi, c’est-à-dire une ferme confiance que Dieu a pardonné et veut pardonner nos péchés ; qu’Il nous a de nouveau reçus dans sa faveur, à cause des mérites de la mort et de la passion de Christ. Mais nous devons prendre garde, en venant à Dieu, de ne pas chanceler par inconstance et incertitude de fol. Pierre fut sur le point de se noyer en marchant sur la mer pour aller à Christ, parce que sa foi défaillit. Nous, de même si nous commençons à hésiter ou à douter, il est à craindre que nous ne nous enfoncions, non dans les vagues de la mer, mais dans l’abîme sans fond du feu de l’enfer.» (Second sermon sur la Passion.)

«C’est pourquoi aie une foi sûre et constante, non seulement que la mort de Christ est efficace pour tous les hommes, mais qu’il a offert un sacrifice complet et suffisant pour toi, qu’il a fait une parfaite purification de tes péchés, de telle sorte que tu puisses dire, avec l’Apôtre, qu’Il t’a aimé et s’est donné Lui-même pour toi. C’est ainsi que tu t’approprieras Christ et que tu t’appliqueras à toi-même ses mérites.» (Sermon sur la Sainte-Cène.)

4. — Quand j’affirme que la foi est la condition de la justification, je veux dire, premièrement, que sans elle il n’y a pas de justification. Celui qui ne croit point est déjà condamné; et aussi longtemps qu’il ne croit point, la condamnation ne peut être ôtée, mais la colère de Dieu demeure sur lui. Comme il n’y a point sous le ciel d’autre nom donné aux hommes que celui de Jésus de Nazareth, point d’autres mérites que les siens, qui puissent sauver de sa culpabilité tout pécheur condamné, ainsi il n’y a aucun autre moyen d’obtenir une part dans ses mérites que la foi en son nom.. Aussi longtemps donc que nous n’avons pas cette foi, nous demeurons «étrangers à l’alliance de la promesse, séparés de la république d’Israël, et sans Dieu dans le monde.» Quelques vertus que l’homme puisse avoir (je parle de celui à qui l’Evangile est prêché, car qu’ai-je affaire de juger les autres ?) quelques bonnes oeuvres qu’il fasse, elles ne lui profitent de rien ; il reste toujours enfant de colère, il demeure sous la malédiction, jusqu’à ce qu’il croie en Jésus.

5. — La foi est donc la condition nécessaire de la justification, elle en est même la seule condition nécessaire. C’est là le second point qui demande une sérieuse attention. A l’instant même où Dieu donne la foi au pécheur (car elle est un don de Dieu), à l’instant où Il donne la foi à celui qui n’a point fait les oeuvres, cette foi lui est imputée à Justice. Avant ce moment, il n’a aucune justice quelconque, pas même une justice ou une innocence négative; mais dès qu’il croit, la «foi lui est imputée à justice.» Ce n’est pas, je l’ai déjà dit, que Dieu le prenne pour ce qu’il n’est pas ; mais comme il a fait Christ péché pour nous, c’est-à-dire l’a traité comme un pécheur, en Le punissant pour nos péchés , ainsi il nous tient pour justes du jour où nous croyons en Lui, c’est-à-dire qu’il ne nous punit pas pour nos iniquités. Il nous traite, au contraire, comme si nous étions justes et sans culpabilité.

6. — Assurément, la difficulté que l’on éprouve à admettre cette proposition, que la foi est la seule condition de la justification, naît de ce qu’on ne la comprend point. Nous entendons par là que c’est la seule condition sans laquelle personne n’est justifié, la seule condition qui soit directement, essentiellement, absolument exigée pour obtenir le pardon. Ainsi, d’un côté, comme l’homme qui possède tout, excepté la foi, ne peut pas être justifié, de l’autre, celui qui manque de tout, s’il a la foi, ne peut qu’être justifié. Car si un pécheur quelconque, ayant une pleine conviction de sa méchanceté totale, de sa complète incapacité pour penser, dire ou faire le bien, et ne se sentant propre que pour le feu de l’enfer, si un tel pécheur, dis-je, se voyant sans secours et sans espoir en lui-même, se jette entièrement dans les bras de la miséricorde de Dieu en Christ, ce qu’il ne peut faire que par la grâce de Dieu, qui oserait douter qu’il ne soit pardonné dès ce moment ? Qui voudrait affirmer que quelque chose de plus est indispensablement requis, pour que ce pécheur puisse être justifié ? S’il y a jamais eu un seul exemple semblable, depuis le commencement du monde (et n’en a-t-il pas existé, et n’en existe-t-il pas des mille milliers ?), il en résulte naturellement que la foi est, dans le sens que nous avons indiqué, la seule condition de la justification.

7. — Il ne convient pas à de pauvres vermisseaux, coupables et pécheurs, qui doivent à la grâce, à une faveur imméritée, toutes les bénédictions dont ils jouissent (depuis la moindre goutte d’eau qui rafraîchit leur langue, jusqu’aux immenses richesses de gloire dans l’éternité), de demander à Dieu les raisons de sa conduite, ce n’est pas à nous à questionner Celui qui «ne rend aucun compte de ce qu’Il fait» à personne, et à Lui dire: Pourquoi as-tu fait de la foi la condition, la seule condition de la justification ? Pourquoi as-tu décrété que celui qui croira, et lui seul, sera sauvé? C’est le point sur lequel saint Paul insiste si fortement dans le neuvième chapitre de cette Epître, à savoir que les conditions du pardon et de la faveur de Dieu doivent dépendre, non de nous, mais de Celui qui nous appelle ; qu’il n’y a point d’injustice en Dieu à fixer ses propres conditions selon son bon plaisir, et non suivant le nôtre ; puisqu’Il est Celui qui peut dire avec justice : «Je ferai miséricorde à celui à qui je ferai miséricorde,» c’est-à-dire à celui qui croit en Jésus. Ce n’est donc point à celui qui veut, ni à celui qui court à choisir la condition à laquelle il sera reçu en grâce, mais à Dieu qui fait miséricorde, qui ne reçoit personne que de sa propre et libre bienveillance, de sa bonté imméritée. Il fait donc miséricorde à qui Il veut, c’est-à-dire à ceux qui croient au Fils de son amour; et ceux qu’il veut, ceux qui ne croient pas, Il les endurcit, les abandonne, à la fin, à l’endurcissement de leurs coeurs.

8. — Nous pouvons cependant humblement concevoir une des raisons pour lesquelles est fixée cette condition de justification : «Si tu crois au Seigneur Jésus-Christ, tu seras sauvé.» C’est afin d’humilier l’orgueil de l’homme. L’orgueil avait déjà détruit les anges de Dieu, il avait fait tomber «la troisième partie des étoiles du ciel ;» C’est en grande partie à l’orgueil qu’Adam avait dû, lorsque le tentateur lui dit : «Vous serez comme des dieux », de déchoir et d’introduire le péché et la mort dans le monde. C’est pourquoi c’était une preuve de sagesse digne de Dieu, de fixer pour lui et pour toute sa postérité une condition de salut qui pût les humilier et les abaisser jusque dans la poudre. Telle est la loi. Elle répond particulièrement à ce but; car celui qui vient à Dieu par la foi ne doit fixer les yeux que sur sa propre méchanceté, sur ses crimes, et sur son incapacité quant au bien ; il ne doit regarder à aucun bien supposé, à aucune vertu ou justice quelconque en lui-même. Il doit venir simplement comme pécheur, pécheur intérieurement et extérieurement, détruit par sa faute, condamné par sa propre conscience, n’apportant rien à Dieu que l’iniquité, et, lorsqu’il plaide avec lui, ne lui présentant rien qui lui soit propre, si ce n’est le péché et la misère. Lorsqu’il a ainsi la bouche fermée et qu’il se trouve entièrement coupable devant Dieu, c’est alors, et alors seulement, qu’il peut regarder à Jésus comme à la parfaite et seule propitiation pour ses péchés. Alors seulement, il peut être trouvé en lui et recevoir la justice qui est de Dieu par la foi.

9. — Toi donc, méchant, qui entends ou lis ces paroles! toi, pécheur vil, misérable et impuissant! je te somme devant Dieu, le juge de tous, d’aller directement à Lui, avec toute ta méchanceté. Prends garde de perdre ton âme en plaidant plus ou moins ta justice propre. Présente-toi à Lui comme étant entièrement méchant, coupable, perdu, ruiné, comme méritant l’enfer, et déjà sur le bord de l’abîme, et tu trouveras grâce devant Lui, et tu sauras qu’Il justifie le pécheur. Tu seras ainsi conduit au Sauveur, au sang de l’aspersion, comme un pécheur perdu, sans secours et damné. Regarde donc à Jésus; voilà l’Agneau de Dieu qui ôte tes péchés. Ne fais valoir aucune oeuvre, aucune justice qui t’appartienne ! aucune humilité, aucune contrition, aucune sincérité ! Non ! ce serait renier le Seigneur qui t’a racheté. Plaide uniquement le sang de l’alliance, la rançon payée pour ton âme orgueilleuse, rebelle et pécheresse. Qui es-tu, toi qui actuellement vois et sens à la fois ta méchanceté intérieure et extérieure ? C’est à toi que je m’adresse ! je te réclame pour mon Seigneur. Je te supplie de devenir un enfant de Dieu par la foi ! Le Seigneur a besoin de toi; toi qui te sens propre pour l’enfer, tu es propre à avancer sa gloire; la gloire de sa libre grâce qui justifie le méchant et celui qui n’a point fait les oeuvres. Oh ! viens sur-le-champ ! Crois au Seigneur Jésus : et toi, oui toi, tu seras réconcilié avec Dieu !

avatar211_1 dans JUSTIFICATION PAR LA FOI JOHN WESLEY John WESLEY